Opportunité (partie 2)

Aujourd’hui, je reviens sur le sujet dont j’ai parlé la semaine dernière sur le blogue. Si vous n’avez pas lu la première partie de l’article, je vous conseille d’y aller, bien que cela ne change pas grand-chose. Puisqu’ici, je parle de mes impressions et de mon point de vue sur l’écriture de mon futur livre, il n’est pas impératif de lire un article avant l’autre. Je ne parle pas directement de l’œuvre, afin d’éviter les spoilers.

(Un spoiler est un mot anglais « (…) employé pour désigner un document ou un texte qui dévoile tout ou une partie de l’intrigue d’une œuvre (…) et donc gâche le plaisir et la surprise de la personne de découvrir l’œuvre par elle-même ». Juste au cas où quelqu’un ne sait pas ce qu’est un spoiler. Merci Wikipédia !)

Bref, j’ai déjà expliqué à quel point j’aime l’écriture, et aussi comment les gens trouvaient mon style particulier. Mais maintenant, je vais approfondir cet aspect de moi, la manière dont j’aime écrire.

Lorsque je communique par écrit, je parviens à mieux exposer mes pensées qu’à l’oral. Il y manque plusieurs facteurs gênants comme le bégaiement, les stimuli extérieurs distrayants (écureuils, pigeons, etc.) et autres choses qui peuvent entraver un monologue en personne ou une discussion ; dans mon cas, du moins. D’accord, aussi disparaît l’expression faciale, l’intonation de la voix, et tout le reste, mais c’est normal. Au moins, je prends plaisir à donner du ton, de la personnalité à mes écrits, de sorte que je puisse m’exprimer au maximum, et ce, à ma manière ! C’est comme si je me plaisais à rappeler aux lecteurs et lectrices que je ne suis pas une machine. Que même si je parle de quelque-chose de sérieux, je suis capable d’y mettre ma touche humoristique. Transposer le plus exactement possible ce que je pense, dans le texte. C’est ainsi que je parviens à m’identifier, me reconnaître, à travers mes mots. En quelque sorte, c’est l’une des manières les plus habiles que j’aie pour m’exprimer, et c’est absolument génial que les gens y trouvent une lecture divertissante et agréable !

Lors de la parution de mon livre, il n’y aura pas d’exception : comme chaque chose que j’écris, je ferai en sorte que l’on puisse me reconnaître à travers le texte. J’en ferai un recueil de réflexions aussi justes que farfelues, authentiques à ma personne, à qui je suis, à ce que je pense et ce que je ressens.

Je viens de relire cette dernière phrase, et je pense que je la laisserai intacte en espérant que cela ne sonne pas égoïste !

Je crois que je finirai là-dessus, mes allergies saisonnières ne me rendent pas la chose plus facile… vive le printemps ! Sur ce, à la prochaine !

-Alexis

8 réponses
  1. Géraldine
    Géraldine dit :

    Merci Alexis pour tes deux textes – opportunités- !!! C’est un vrai plaisir de te lire et je te comprends totalement quand tu écris qu’il est plus aisé de s’exprimer en écrivant qu’en parlant ! Je te dis bravo pour tes partages, tu peux être fier de toi !!! Je suis pressée de te lire à nouveau ! Alors à bientôt ! <3

    Répondre
  2. Sophie
    Sophie dit :

    Bravo!! Alexia très beau texte facile et très intéressant à lire, j’ai hâte de lire ton livre car je suis toucher par ton authenticité ça moi ça me rejoint merci!!!

    Répondre
  3. Nicole Urbain Bélair
    Nicole Urbain Bélair dit :

    Allo Alexis, je sens l’enthousiasme dans ton écriture, le bonheur, la joie de nous communiquer qui tu es. Ceci fait en sorte que j’ai hâte de te découvrir encore plus. Quel beau défi ton père t’a lancé. Je dis toujours aux parents de guider leur enfant dans leur force et, ici il n’y a pas de doute, il a trouvé la tienne! Je te comprends très bien aussi lorsque tu dis qu’il est plus facile de communiquer par l’écriture, celle-ci étant aussi mon mode préféré de communication. Tu as une belle plume qui nous informe, nous fait réfléchir, nous fait rire et sourire. Bravo, et ah, j’allais oublier, merci pour l’info du début sur les «spoilers» en effet, je ne savais pas ce que c’était!.

    Répondre
  4. Stéphane Côté
    Stéphane Côté dit :

     »Simplement » merci. Comme papa d’un merveilleux garcon de 11 ans asperger, tu m’inspire beaucoup. Même si il est, et à toujours été ma priorité, je suis conscient que j’ai encore beaucoup à apprendre.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *